piano and coffee records, un label indépendant qui se fait un nom au fil des sorties sur la scène ambiante et néoclassique. Le label a en effet eu l’occasion de mettre en lumière de nouveaux talents – on pense notamment à Didacte ou Adrien Casalis – que de travailler avec des artistes de renom de cette scène musicale, à commencer par Olec Mün ou encore Alexandra Hamilton-Ayres, compositrice de musique de film plusieurs fois récompensée pour ses travaux. Le label fête ses 5 ans cette année, un anniversaire qu’ils célèbrent avec une compilation qui comprend des talents issus du monde entier. Aujourd’hui, on dévoile en avant-première pour vous le second titre de cette compilation à venir début août : l’excellent « Saturn Days » de Tim Linghaus, qui a accepté de répondre à quelques questions pour nous au sujet de cette sortie. À découvrir ci-dessous avant sa sortie publique demain !

Il ne faut pas plus que quelques secondes pour que Tim Linghaus nous emmène au coeur de son univers et de son génie artistique. Dès les premières notes de « Saturn Days », on peut reconnaître le grésillement familier des vieux disques vinyles ainsi que le bruit sourd et chaud des touches de piano, si présent et si doux à la fois que l’on croirait que Tim Linghaus les joue pour nous au creux de notre oreille. Dès lors que notre corps et notre esprit se sont apaisés à l’écoute des note successives de piano qui se superposent, c’est la voix de Tim Linghaus qui entre en jeu, nous offrant cette fois une dose agréable d’évasion. Le tout forme deux minutes de ballade réconfortante, véritable échappatoire au quotidien.

Afin d’en savoir plus sur ce qui a initié la composition de ce titre et comment Tim Linghaus a collaboré avec piano and coffee records, nous lui avons posé quelques questions.

Saturn Days Tim Linghaus Realismo Magico piano and coffee records

1. Hello Tim ! Merci beaucoup d’avoir accepté de répondre à nos questions. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore ?

Salut Cloé. Merci pour l’invitation. En quelques mots, je suis Tim, professeur et musicien.

2. Tu as commencé à diffuser ta musique sur des plateformes de streaming dès 2016, en sortant un EP aux influences néoclassiques nommé « Vhoir ». Comment as-tu commencé à composer et qu’est-ce qui t’as poussé à le faire ?

En 2015 ou 2016, j’étais insatisfait de toute la musique que j’avais pu produire et j’ai failli arrêter. Un piano à queue dans notre salle de réunion à l’école m’a empêché de le faire. J’ai commencé à écrire de petits essais de musique au piano et j’ai eu la chance de sortir mes compositions avec quelques labels.

3. Demain sort le magnifique titre qu’est « Saturn Days », aussi connu comme étant le deuxième single d’une compilation à venir intitulée « Realismo Magico ». Comment vous-vous êtes vous rencontrés avec piano and coffee records (PnC) ?

J’ai rencontré Sergio en ligne il y a quelques années. Je crois avoir donné une interview avec PnC quand « Vhoir » est sorti en 2016. Ou peut-être que c’était plus tard, pour mon album « Memory Sketches ». Quoi qu’il en soit, j’ai toujours aimé lire leurs critiques et écouter les sorties de PnC depuis le début. D’une manière ou d’une autre, nous sommes restés en contact au fil des ans. Quand Sergio m’a demandé de rejoindre le projet de compilation, je n’ai pas hésité une seconde.

Sorti également sur piano and coffee records : Adrien Casalis compose « Ghost », un EP et récit d’une histoire surnaturelle racontée au piano.

4. Intéressons-nous maintenant à « Saturn Days », un morceau aux consonances ambiantes et néoclassiques dont la voix raconte l’histoire de quelqu’un a été blessé des suites d’une expérience passée. Comment as-tu composé ce titre ?

J’avais écrit un morceau pour piano qui était complètement différent de la version finale d’aujourd’hui. Il ne me pas convenait pas du tout, mais il y avait de belles lignes que je ne pouvais simplement pas me séparer. Par conséquent, j’ai commencé à couper, à pitcher et à restructurer, en ajoutant des guitares, d’autres sons et des paroles. Et tout d’un coup, c’est devenu un morceau que j’aimais bien.

5. « Saturn Days », lorsqu’on le compare au premier single sorti il y a deux semaines, se trouve presque aux antipodes du spectre musical electronica progressif de « Fall Fly Run » d’Alexandra Hamilton-Ayres . As-tu été guidé ou influencé d’une manière ou d’une autre par le label pour la composition du morceau ?

On nous a demandé de composer quelque chose hors du conventionnel. J’ai aimé l’idée, car ma musique a parfois des éléments et des structures étranges. J’ai donc pensé qu’il pourrait être facile pour moi de contribuer quelque chose qui pourrait correspondre au concept de la compilation.

I did everything for you.
If it’s not enough I’m a fool.
– Tim Linghaus – Saturn Days

6. Concernant les paroles, cette fois-ci : elles sont très sentimentales, et elles semblent faire écho à un moment passé où tu (ou une personne) as tout donné à quelqu’un qui ne reconnaissait pas ta juste valeur. Peux-tu nous en dire plus sur le sens de ces paroles ? Et quel est leur rapport avec le nom du morceau ?

Je suppose qu’il fut un temps où j’étais vraiment fatigué des relations, des attentes de l’autre, de tout ça. Mais les paroles ne font pas écho à une relation dans laquelle j’étais. Ce ne sont que quelques réflexions aléatoires sur l’engagement et l’équilibre. Je suppose que parfois on veut beaucoup trop de l’autre, mais on ne s’en rend pas compte. Peu importe, heureusement il y a de bonnes relations. Et d’autres moins bonnes. Le nom du titre, « Saturn Days », est un parallèle à « Venus Years », mon dernier album. J’aime jouer avec les références.

7. En dehors de cette sortie de single prévue demain, est-ce que tu as prévu d’annoncer d’autres choses, dans un futur proche ? Niveau sorties comme niveau live ?

J’attends avec impatience une sortie qui aura lieu plus tard cette année : « Memory Sketches II ».

Similaire à Tim Linghaus : On a discuté avec Minihi, le duo de musique néoclassique qui joue dans les rangs d’Agnes Obel ou encore de Lady Gaga.

8. Et pour finir, il y a une question que j’aime poser lorsque mes interviews touchent à leur fin : y a-t-il un artiste que tu suis de près en ce moment ?

Hiroko Murakami !


Tim Linghaus est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming. Vous pouvez également le suivre sur Instagram ! Quant à piano and coffee records, vous pouvez les retrouver sur leur site, sur Bandcamp ou encore sur Instagram.

About the Author: Cloé Gruhier

Rédactrice web depuis plusieurs années, j'ai une passion prononcée pour les musiques électroniques et alternatives. Des envolées synthétiques de Max Cooper aux mélodies et textes introspectifs de Banks, mon radar détecte les nouveautés des scènes indépendantes françaises et internationales, et ce entre deux stratégies de communication pour des labels et artistes indépendants !