Hélas, l’industrie musicale n’échappe pas aux violences et au harcèlement sexuel.le.s. Bien au contraire, les statistiques sont accablantes : selon CURA, un bureau d’études dédié au secteur de la musique, « 31% des femmes ayant travaillé dans le secteur musical se disent avoir été victimes, au moins une fois, de harcèlement sexuel », d’après une étude menée en partenariat avec la Guilde des Artistes de la Musique. C’est plus que la moyenne française, tous secteurs confondus, qui s’élève à 24%. Le mouvement #MeToo a fait grand bruit ces dernières années pour soulever les problèmes liés au harcèlement moral et sexuel, ainsi qu’aux violences sexistes et sexuelles ; dans l’industrie musicale, c’est le mouvement #MusicToo qui s’en était fait le porte-parole.

Structurée sous forme d’association dont les membres ont souhaité rester anonyme, #MusicToo a été dissoute, lundi 18 octobre 2021, après plus de trois ans d’activité de sensibilisation, de soutien et de représentation. Bien que cette dissolution pourrait susciter l’anxiété chez les victimes et témoins de ces violences, qu’il.elles soient rassuré.e.s : #MusicToo indique que ceci est « la fin… d’un début », et que le flambeau a été passé, au fil des mois, à plusieurs dizaines d’associations dont la liste non-exhaustive en fin de communiqué prouve qu’aucun métier n’est épargné, mais prouve aussi et surtout que les voix se lèvent, partout !

On ne peut que remercier #MusicToo pour ses actions à travers la France afin d’éveiller les consciences et soutenir les nombreuses victimes du secteur de la musique. Reste donc à soutenir non seulement les associations qui oeuvrent pour le bien-être des femmes et des minorités de genre dans une industrie à forte dominante masculine, mais encore et surtout, chacun à notre échelle, déconstruire des préjugés qui courent encore à l’encontre de femmes ou de minorités. Et #MusicToo nous a montré que nous avons tous.te.s un rôle à jouer.

#MusicToo communiqué 18 octobre Musiciennes&Co act right safer balance ta scène change de disque

Extraits du communiqué de presse du lundi 18 octobre :

« 18 ENQUÊTES, PLUS DE 150 ARTICLES ET DES ACTIONS CONCRÈTES

La transformation est bel·le et bien lancée. Au fil des publications, des prises de parole, vous avez pu constater que parler est possible, même anonymement, que porter plainte est possible, que les agresseurs peuvent enfin, parfois, subir les conséquences de leurs actes.

[…] Les médias ont enfin pu révéler une partie des violences qui s’immiscent dans les coulisses du monde de la musique et du spectacle, des conservatoires aux festivals, des labels aux agences de management, du métal au classique et aux scènes électroniques. Ce projet n’aurait pas eu un tel retentissement sans notamment les rédactions de Médiapart et de Néon, sans les dizaines de journalistes engagés à nos côtés.

Certes, la vie post-pandémie reprend et la musique est de retour dans nos vies. Ce qui a profondément changé, c’est que dorénavant nous savons et exprimons clairement ce que nous n’accepterons plus. […]

À VOUS DE JOUER !

Notre collectif n’a fait que poser l’une des étapes de ce long chemin qui va de la de reconnaissance des agissements et de la souffrance des victimes à la transformation de nos modes de travail. La suite vous appartient, à vous les individus, les structures, les entreprises. C’est une responsabilité individuelle et collective à assumer pleinement, enfin, pour réformer nos organisations.

Le droit du travail doit s’appliquer à notre milieu, à commencer par l’égalité salariale, la parité des instances de pouvoir, le devoir de formation des dirigeant·es et employé·es, notamment à la lutte contre les violences, les risques professionnels et psychosociaux.

Face aux violences, le silence n’est plus une option.

Les conséquences, les sanctions doivent être systématiques et inévitables. L’impunité est terminée.

Aujourd’hui, nous souhaitons à chacun·e la force, le courage, la détermination de continuer et d’amplifier ce mouvement #MusicToo. À vous de jouer !

Nous en profitons pour lister les diverses associations qui ont été mentionnées par #MusicToo dans leur communiqué de presse : Balance Ta Scène, Change de Disque, Act Right, Connect Her, She Said So, Ecoute Meuf, Diva Management, Mewem France, Ici C’est Cool, Musiciennes&Co, Loudher, Key Change, Consent Is Info, Espace Safer, We Are Safeplace, Serein.e.s, Band She, Paye Ton Opéra, Heavystériques, Les Catherinettes, En Avant Toutes, Cura, La Maestra, Neo Emeutières, Balance Ton Spectacle, Tu Mixes Bien, Stop VSS Culture, Présence Compositrices, et Les Aliennes. La liste pourrait se prolonger encore et encore, elle ne saurait être exhaustive !


Retrouvez #MusicToo sur le web.

About the Author: Cloé Gruhier

Rédactrice web depuis plusieurs années, j'ai une passion prononcée pour les musiques électroniques et alternatives. Des envolées synthétiques de Max Cooper aux mélodies et textes introspectifs de Banks, mon radar détecte les nouveautés des scènes indépendantes françaises et internationales, et ce entre deux stratégies de communication pour des labels et artistes indépendants !