Derrière chaque artiste se cache un message, une histoire personnelle et intime qui a été écrite au gré des aléas de leur vie. Chaque artiste à des expériences vécues à transmettre à une audience parfois silencieuse – la transmission de ce message, qui se fait souvent par le biais de paroles ou d’un simple post Instagram, crée un lien instantané entre l’artiste et son public. Si parfois les messages sont relativement pudiques, voire timides, d’autres, comme celui de Cherry Seraph, sont au contraire limpides et viennent parfois même soutenir une cause qui dépasse l’envergure de leur projet musical.

Cherry Seraph est une jeune artiste originaire d’Angleterre, qui oeuvre en parallèle de son activité artistique en tant que véritable activiste queer se battant pour une la meilleure représentation de la communauté féminine et LGBTQIA+ au sein de l’industrie musicale. Sa musique oscille entre une pop expérimentale onirique sur fond de pop rock synthétique, et à l’occasion de la sortie de son premier EP aujourd’hui même sur les plateformes de streaming, nous avons évoqué tous ces sujets d’actualité avec elle. À lire ci-dessous !

1. Hello Cherry Seraph ! Merci beaucoup d’avoir accepté de répondre à nos questions. Peux-tu te présenter en quelques mots pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore ?

Bonjour ! Je suis tellement contente d’avoir été invitée à répondre à vos questions – j’apprécie beaucoup. Je m’appelle Cherry Seraph. Mon pseudonyme a été inspiré par les cerises (parce que je les aime) et « seraph », un « séraphin », signifie « ange », car ma musique a tendance à être assez éthérée et rêveuse. Il y a beaucoup de superpositions vocales dans ma musique, pour accentuer l’impression d’être «d’un autre monde».

2. Tu n’as que récemment commencé à diffuser ta musique au grand public et sur les plateformes de streaming. Comment est-ce que tu as commencé à composer tes propres morceaux ?

Je suis avant tout flûtiste de formation classique, j’ai fait partie de divers orchestres et ce depuis l’âge de 8 ans. Ils ont été pour moi des environnements formidables, j’ai pu m’y former et apprendre la discipline de la musique classique, et ils m’ont également aidé à apprendre le solfège. En grandissant, j’ai appris à jouer d’autres instruments et, à la suite de cela, en 2019, j’ai commencé à chercher une manière de faire de la musique qui n’était pas aussi contraignante que celle de la musique classique. Petit à petit, j’en suis venue à apprendre la production de musique électronique et traditionnelle ! Je suis membre de plusieurs groupes de producteur.ice.s féminin.e.s et non binaires. Au sein de ces groupes, je suis une fervente activiste, j’oeuvre pour une plus grande représentation des femmes et des minorités de genre au sein de l’industrie musicale. Nous ne sommes que très peu nombreux.ses, il suffit de regarder les pourcentages !

3. Et qu’est-ce qui t’influence au quotidien pour produire ta musique ? Est-ce que tu te sens plus influencée par les artistes que tu écoutes ou par les événements du quotidien, par exemple ?

C’est une combinaison des deux. J’aime écouter de la musique tout au long de la journée : une des premières choses que je fais le matin avant même de sortir du lit c’est d’écouter de la musique ! J’essaie de chercher et de découvrir de nouveaux artistes chaque semaine parce que je suis vraiment une amatrice de musique en tout genres et je sais à quel point il est parfois difficile de faire entendre sa musique et de se faire connaître. Je pense que c’est vraiment là que la « vie quotidienne » a un impact : d’autres artistes m’aident à m’inspirer de ma propre vie quotidienne, tout comme ma vie quotidienne inspire mon propre art. C’est une sorte d’échange perpétuel, car lorsque je n’écoute pas de musique ou n’en compose pas, j’écris de la poésie !

Similaire à Cherry Seraph : Avant-première : l’étoile montante de la pop expérimentale NIIX dévoile pour nous son premier titre « DRV » !

4. En parallèle, tu n’as pas peur de dire et de mettre en avant le fait que tu es queer, et je sais que tu as déjà exprimé le fait de vouloir dire au travers de ta musique que les personnes queer devraient être plus représentées dans la musique. Comment est-ce que cela se reflète dans ton projet artistique ?

Le sentiment d’appartenir à un groupe ou à une communauté est extrêmement important pour moi. Je suis tellement contente de faire partie de la communauté LGBTQIA + et cela se ressent beaucoup dans mon EP. Cela se reflète dans mon projet sous la forme des thèmes abordés dans mes titres, tels que les relations saphiques et les difficultés liées à l’exploration de ma propre identité. Les thèmes récurrents tout au long des quatre titres sont liés au besoin de connexion, que ce soit avec l’environnement qui nous entoure, nos proches, nos amis ou même simplement émotionnellement. Les personnes queer sont encore souvent soumises à l’ostracisme au sein de leurs propres communautés et dans tout espace qui ne les acceptent pas. Je voulais traduire au sein de l’EP un sentiment de proximité avec l’auditeur.ice et j’espère qu’il/elle pourra s’y identifier ou y trouver un certain réconfort dans le fait de savoir que quelqu’un d’autre ressente la même chose qu’eux/elles.

5. Je sais que tu es également membres de certaines associations & groupes qui oeuvrent pour une plus grande représentation des femmes et de la communauté LGBTQIA+ au sein de l’industrie musicale. Est-ce que tu peux nous en dire plus sur ces derniers ?

Bien sûr ! Avec grand plaisir. Dans une étude de 2020, pour 47 producteurs de musique masculins, il y a en moyenne une seule femme. Le pourcentage est encore plus faible pour la communauté LGBTQIA+ et pour les personnes de couleur. De toute évidence, il n’y a rien d’équitable ici. En réaction à cette étude, différentes organisations féminines et non binaires ont commencé à apparaître, à un rythme beaucoup plus soutenu que d’habitude. Par exemple, je fais partie de Music Production for Women et Equalize Production (pour n’en nommer que quelques-uns!). Ils organisent différents cours sur les techniques de production, l’organisation au travail et le gain de confiance en soi, ce qui aide vraiment à rendre la production musicale plus accessible. De plus, mon EP a été mixé et masterisé par Ary Maudit qui a fondé AM Productions à Londres, au Royaume-Uni. Il s’agit d’une instance qui travaille spécifiquement avec les personnes de la communauté LGBTQIA+, les femmes et les personnes non binaires pour leur donner de la voix.

6. Je ne cherche pas à poser de questions trop personnelles dans mes interviews, mais je pense qu’il est important de poser celle-ci. As-tu déjà rencontré des personnes dans l’industrie qui n’étaient pas d’accord avec le fait que tu (ou des personnes de ton entourage) sois queer ? Ça a déjà été un problème ou un obstacle pour toi ?

Jusqu’à présent, cela n’a pas été un problème, mais je ne peux pas parler au nom de chaque personne queer de cette industrie. Je suis encore au tout début de ma carrière et j’ai hâte de voir où cela me mènera et de voir ce que je ferai ensuite, mais je ne doute pas qu’il y aura des obstacles à franchir parfois, surtout si moi-même ou ma musique ne correspond pas à l’image que l’on se fait de l’artiste ‘idéal’. Je pense qu’il existe encore beaucoup de stigmatisation.

7. Tu viens de sortir aujourd’hui un EP intitulé « from someone, somewhere », qui est un nom qui donne l’impression que tu as écrit une lettre que envoie au monde entier. Est-ce que tu peux nous en dire plus sur le message global qui se cache derrière ton EP ?

C’est ça, c’est une lettre que j’envoie au monde ! Absolument ! Le titre de l’EP a été inspiré par un poème de Leonard Cohen intitulé « The Only Poem ». Il y a une ligne qui dit : « j’ai appris à écrire ce qui pouvait être lu lors de nuits comme celle-ci par quelqu’un comme moi ». Je pense vraiment que cela traduit l’idée que, où que soit, quelqu’un et qui qu’il soit, nous sommes liés les uns aux autres d’une manière ou d’une autre. Il faut favoriser l’empathie et la douceur envers nous-mêmes et les autres. Les difficultés que j’ai vécues avec moi-même et mon identité doivent servir de guide pour dire à quelqu’un qui traverse en ce moment quelque chose de similaire que tout ira bien !

8. J’aimerais revenir sur quelques-uns des quatre morceaux de l’EP, en commençant par « 8am », ton tout premier single. Tu as déjà mentionné que c’est un morceau qui a été largement inspiré par ce que tu as ressenti durant la pandémie. Comment est-ce que les deux années passées t’ont affectée, sur le plan artistique ?

Tout d’abord, merci beaucoup d’avoir mis « 8am » dans ta playlist « hauméa selects #6 » ! Cela m’a fait super plaisir. Et oui, j’ai écrit ce morceau en pleine pandémie, et ça été comme une forme de libération et de répit. Cette dernière année a eu un tel impact sur ma créativité au point où je n’ai parfois rien pu écrire parce qu’il y a eu une sorte de «blocage» mental. Il y avait une telle incertitude qui régnait sur nos vies, où que nous soyons, et je me suis assise un matin, juste après être sortie du lit, et j’ai choisi d’écrire l’inverse exact de ce que je ressentais. J’ai mis à contribution le peu d’énergie que j’avais en pensant à ce qui nous unit tous dans la vie, comme l’amour, le toucher. Encore une fois, ce thème est récurrent, et il m’a permis de nourrir une forme de connexion malgré l’isolement imposé par la société. Je pense également que cette année m’a permis de réfléchir sur la manière dont je produis ma musique et sur ce qui me permet de continuer à innover et à m’adapter. Cela m’a également permis de savoir ce que j’attends de moi-même, c’est-à-dire de continuer à prendre soin de moi et de nourrir mon esprit et mon âme avec douceur. Le burnout artistique n’est pas une partie de plaisir !

« But if I lose my grip, I’ll trip
I’ll drown, here in this town »
– Cherry Seraph – ghost town

9. Passons à « ghost town », un titre dans lequel tu parles d’être coincée dans une ville qui te « noierait » si tu ne te battais pas pour rester en vie. Puisqu’on vient d’évoquer la nécessité de mieux représenter les femmes et personnes queer dans la musique, est-ce que les paroles de « ghost town » sont liées à ce sentiment de quelque manière que ce soit ?

Dans un sens, oui. J’ai écrit cette chanson lorsque j’étais assise à l’arrière d’un bus qui traversait le centre de ma ville, qui était désert à ce moment là. C’était complètement vide, mort, à l’exception de quelques sans-abri presque invisibles cachés dans les coins de rue. J’avais l’impression qu’il n’y avait personne autour de moi et que personne n’était comme moi. C’était vraiment triste et, honnêtement, c’était un sentiment si lourd que j’ai eu du mal à m’en débarrasser. C’est pourquoi j’ai décidé de m’en servir pour créer quelque chose de positif et j’en ai écrit une chanson. Les récits queer et féminins ne sont pas aussi amplifiés qu’ils pourraient l’être parce que tant de personnes restent invisibles et non entendues. C’est un sentiment qui fait écho à ce que je voyais autour de moi ce jour-là.

« Are we still a loose connection ?
I hate this person in a costume »
– Cherry Seraph – costume

10. J’aimerais aussi évoquer ton titre « costume », qui est un titre aux sonorités oniriques en termes de mélodie mais aux paroles dures et introspectives, créant un contraste étonnant tout au long du titre. Peux-tu nous en dire plus sur la signification de ce morceau ?

Ah, « costume » – j’ai vraiment adoré produire ce morceau, même si c’est l’un des plus intenses en termes de paroles ! A l’origine, le refrain a été écrit alors que je sortais d’une relation particulièrement étrange. J’ai flotté et erré sans but pendant un moment, à la recherche de quelque chose qui raviverait l’intérêt que j’ai pour la vie. Je pense en particulier que les paroles qui disent « I hate this person in a costume » renforcent une idée que j’avais, celle d’avoir l’impression de jouer un personnage pour les autres et d’afficher un visage heureux alors que je souffrais. Dans le bridge, où se pose la question « are we still a loose connection », il y a des paroles, « alone here », enfouies dans toutes les voix qui se superposent. C’est un clin d’œil à un souhait que j’ai, celui qui aimerait que les gens fassent un peu plus attention à la santé mentale des autres. De même, la «loose connection» souligne que, malgré la morosité, il y a toujours une sorte d’espoir et une petite lueur au bout du tunnel. Il est vraiment important de s’accrocher à sa joie de vivre, aussi petite soit-elle.

11. Je sais que tu viens tout juste de sortir ton premier EP, mais à quoi est-ce qu’on peut s’attendre de ta part pour les semaines et mois à venir ? Des performances live ? Des collaborations avec d’autres artistes ? Des remixes peut-être ?

Ça c’est une question très, très excitante pour moi ! Je m’entraîne en ce moment pour de futures performances live, dès que l’on sera de nouveau autorisés à performer – je suis une artiste solo qui utilise beaucoup de technologies et qui a beaucoup d’instruments à installer sur scène, il me faut donc du temps pour retravailler mes titres et qu’ils soient adaptés pour le live. Les remixes sont aussi quelque chose qui me passionnent car ils peuvent totalement changer un morceau et modifier son message d’origine. J’adorerais collaborer avec d’autres artistes partageant les mêmes idées et qui sont eux aussi pleins de créativité, alors gardez l’oeil ouvert !

12. Enfin, voici une question que j’aime poser lorsqu’une interview touche à sa fin : y a-t-il un artiste que tu surveilles de près en ce moment ?

C’est une question si difficile ! Ahhh ! Il y en a tellement. Une personne en particulier que j’écoute beaucoup en ce moment est Tash Sultana. C’est un.e multi-instrumentiste très talentueux.se et sa musique m’apaise tellement !

 

Dans la même veine, je viens à peine de découvrir MUNA. De vrais caméléons – qu’est-ce qu’elles ne peuvent pas faire ?! Juste dingue.


Cherry Seraph est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming. Vous pouvez également la suivre sur Instagram !

– disclaimer : découverte via MusoSoup #SustainableCurator.

About the Author: Cloé Gruhier

Rédactrice web depuis plusieurs années, j'ai une passion prononcée pour les musiques électroniques et alternatives. Des envolées synthétiques de Max Cooper aux mélodies et textes introspectifs de Banks, mon radar détecte les nouveautés des scènes indépendantes françaises et internationales, et ce entre deux stratégies de communication pour des labels et artistes indépendants !