Difficile de parler d’un sujet aussi controversé que celui-ci sans l’avoir vécu : celui de la maternité, et plus particulièrement de la mère au foyer. Peu abordé dans les médias pour ne pas dire qu’il est considéré tabou, lorsque c’est le cas, le travail de la mère à plein temps est rarement traité de manière artistique… et c’est là que LIA MOON entre en scène. Au travers d’une house efficace, LIA MOON, qui a composé et joue encore pour les plus grands – pour rappel, elle est entre autres la flûtiste de Wax Tailor – joue des codes de cette dernière et expose dans un clip ô combien esthétique sa vision du corps et de la maternité. Une oeuvre qui se prolongera même dans un album à venir en fin d’année ; « Housewife » retrace en effet à travers le filtre de la musique électronique son expérience de la vie au foyer, et des tâches ménagères qui lui incombait en parallèle de sa vie de musicienne. On écoute aujourd’hui « I Am The Ghost », une prouesse esthétique à découvrir ci-dessous !

Aussi installée soit-elle dans le monde de la musique, LIA MOON n’a pas toujours produit de la house. Bien qu’elle soit musicienne et multi-instrumentiste depuis toujours, la house ainsi que la techno n’ont jamais été correctement considérées par ses pairs ; la maternité la réconcilie cependant avec cette facette de la musique électronique et lui permet d’assumer ses envies personnelles : être DJ, et diffuser une house infectieuse et hypnotique sur les ondes. C’est chose faite depuis la sortie de son premier single en solo, intitulé « Eclats » et sorti l’année dernière ; elle réitère l’expérience en affirmant haut et fort les couleurs de sa musique et en annonçant un album engagé à venir en fin d’année.

Le premier chapitre de cette nouvelle vie s’ouvre sur « I Am The Ghost », dont le clip se dévoile aujourd’hui même. Dès les premières notes, LIA MOON nous embarque dans un monde aux couleurs néon et où la lumière noire se fait reine ; se laissant peindre le corps par une artiste de body-painting, elle rend hommage au corps, à la femme, et à la résilience innée de ce dernier.

Similaire à LIA MOON : Irène Drésel nous souhaite la bienvenue dans l’univers de son futur album « Kinky Dogma » !

Mais là n’est pas le seul message de son oeuvre : en laissant quelques bribes de voix se répandre entre les kicks et les rythmiques house de son titre, elle défend un message clair, celui que la femme au foyer est dans l’ombre, qu’elle travaille de manière acharnée sur toutes les tâches quotidiennes souvent vues comme corvées au sein de la maison, et que la société ne représente qu’à peine. Ainsi, elle répète en susurrant à l’oreille de son auditeur « I am the ghost », ce fantôme qui régit le foyer et qui s’assure de son bon fonctionnement. Un message fort soutenu par des mouvements de danse et une mélodie qui prend de l’ampleur à mesure que le titre se développe, et qui ne se verra qu’amplifié dans les prochains mois à la sortie de son premier album. On reste à l’écoute !


LIA MOON est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming. Vous pouvez également la suivre sur Instagram !

About the Author: Cloé Gruhier

Rédactrice web depuis plusieurs années, j'ai une passion prononcée pour les musiques électroniques et alternatives. Des envolées synthétiques de Max Cooper aux mélodies et textes introspectifs de Banks, mon radar détecte les nouveautés des scènes indépendantes françaises et internationales, et ce entre deux stratégies de communication pour des labels et artistes indépendants !