On le dit souvent : les codes des musiques électroniques et pop se voient brisés jour après jour, année après année. Le duo SEYES, cependant, attaque ces deux genres phares de la musique en proposant une approche alternative et aérienne à des rythmiques pop house et dont le rythme est connu de tous.tes, un contraste inattendu mais ô combien apprécié. Et en plus de jouer avec ces sonorités, leurs deux voix s’unissent pour parler de sujets de société défendus par des organisations militant pour des modes de gestion alternatifs des problèmes sociaux mondiaux. Un EP ambitieux sorti vendredi 19 novembre et porté par les talents artistiques de LIA MOON et Charlotte Savary : découvrez leur nouvel EP ci-dessous !

Dansant, sérieux, insouciant et grave à la fois : l’EP « Closure » du duo bordelais SEYES nous fait marcher sur un fil. En quatre titres seulement, les deux artistes nous font voyager sur des contrées électro-alternatives tout en nous parlant de sujets de société ; du port d’armes au réchauffement climatique, dans cet EP il n’y a qu’un pas.

« Closure » démarre sur les notes très pop électro-organiques de « Shot It » qui, comme son nom le suggère, évoque la dangerosité du port d’armes chez les civil.e.s comme chez les professionnel.le.s. Ainsi, sur un ton aérien revient régulièrement en fin de phrase les mots « shot it », un leitmotiv répété comme un message choc sur une chaîne d’info en continu. Si le titre sonne léger de prime abord, le clip permet aux auditeur.ice.s une seconde lecture de ce dernier : des plans rapides se succèdent, et l’alternance entre gros plans sur des visages choqués et des militaires anonymes dépeint le message qui se tisse dans les paroles à mesure que l’action prend place.

Le titre qui fait suite à « Shot It » se nomme « A Shore », et cette fois, SEYES nous emmène ailleurs, en plein coeur du dérèglement climatique plus précisément. La recette musique aérienne/sujet grave se répète cette fois sur un titre dont la longueur avoisine celle des titres clubs, et pour cause : plus électronique et un tant soit peu plus sombre que son prédécesseur, « A Shore » se développe sur un BPM plus soutenu, et seule la présence de voix ramène le titre dans le registre de la pop.

Similaire à SEYES : Alerte clip hypnotique : le dernier single de Monolink, « The Prey », met en exergue toute la beauté du monde qui nous entoure

Sur « Social Sirens », une des virtuosités de LIA MOON se laisse entendre : elle est flûtiste et joue notamment pour Wax Tailor en parallèle de son propre projet artistique. Ainsi, des montées presque lyriques de flûte se dévoilent entre deux kicks, offrant au morceau une dimension supplémentaire. Enfin, le titre qui clôt l’EP – « The Artist » – termine sur un sujet sensible et récent : celui de l’abandon ressenti par de nombreux.se.s artistes en pleine pandémie, qui ont dû attendre de nombreux mois pour voir les salles de concert réouvrir une à une.

Si cet EP fait état des dérèglements politiques et sociaux actuels du monde, il ne faut pour autant pas y voir là une simple critique acerbe de ce dernier : il faut aussi voir « Closure » comme le lancement d’une alerte et comme une injonction au changement. Un EP qui fait réfléchir donc !

Plus de LIA MOON : LIA MOON combat les stéréotypes liés à la femme au foyer sur sa ballade électronique « I Am The Ghost »


Le duo SEYES est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming. Vous pouvez également les suivre sur Instagram !

About the Author: Cloé Gruhier

Rédactrice web depuis plusieurs années, j'ai une passion prononcée pour les musiques électroniques et alternatives. Des envolées synthétiques de Max Cooper aux mélodies et textes introspectifs de Banks, mon radar détecte les nouveautés des scènes indépendantes françaises et internationales, et ce entre deux stratégies de communication pour des labels et artistes indépendants !