Irène Drésel, cette artiste techno reconnaissable entre mille pour les sonorités sensuelles de ses titres et le parterre de roses qui l’accompagne dans le moindre de ses mouvements. Rendue largement populaire au sein de la scène électronique française avec son premier EP « Rita » en 2017, deux ans plus tard, elle affirme un univers coloré et mystique avec un premier album nommé « Hyper Cristal ». Aujourd’hui, la productrice et génie du son revient avec « Bienvenue », un titre et clip qui annonce tout en grandeur et subtilité l’univers du futur chapitre de sa carrière musicale : « Kinky Dogma », un album dont la tracklist vient d’être dévoilée dans un clip pour le moins hallucinogène. On décrypte ses nombreuses significations ci-dessous.

Irène Drésel ne fait pas les choses à moitié ; les 5 minutes qui composent ce nouveau titre ainsi que ce clip sont en effet emplies de références multiples. Si certaines font écho au décor de son live set, d’autres évoquent explicitement son futur album, et d’autres encore, subtilement, ses précédentes sorties.

D’emblée, la voix chuchotée d’Irène nous souhaitant la bienvenue nous rappelle ses débuts et son titre « Rita », dans lequel elle récite, à l’envers, une prière de la Sainte Rita, qui doit au titre son nom. Ici, cependant, le message est plus clair, et Irène nous invite à prendre place dans son monde, une invitation que l’on accepte avec un plaisir teinté de curiosité. Peu à peu, les envolées aiguës des synthétiseurs nous rappelle involontairement les progressions quasi-dissonantes de « Rajadamnern », un titre issu de son précédent album – doit-on donc voir « Kinky Dogma » comme la suite logique de « Hyper Cristal » ?

Il ne faut ensuite que peu de temps pour remarquer les fausses cartes de tarot qu’Irène Drésel tient dans ses mains – un rapide arrêt sur image nous donne à entrevoir les numéros et noms de certains des futurs titres de son album à venir (on note notamment « Stupre », single sorti il y a quelques mois). Mais nous y reviendrons dans un second temps.

Similaire à Irène Drésel : Nascaa dévoile un clip surréaliste et graphique pour son nouveau single « Elephants ».

Une autre chose nous marque, un détail peut-être anodin : Sizo Del Givry, partenaire de scène d’Irène Drésel aux percussions, se tient tel un majordome à ses côtés, de la même manière qu’il se tient à sa gauche sur scène. Si jusque là tout le décor semble présenter une adepte de la cartomancie et son assistant, c’est lorsque la productrice tire les cartes et choisit, une à une, des fioles scientifiques et les donne à son assistant que les choses prennent une toute autre tournure. En effet, Sizo Del Givry semble réagir aux effluves qui s’échappent de ces tubes de manière différente à chaque fois ; si la concoction associée à la carte « 01. Bienvenue » le laisse quelque peu indifférent, celle associée à « 06. Pinky » lui donne un fou rire incontrôlable, « 02. Devotee » lui donne au contraire l’envie de danser, et « 04. Vestale » semble le laisser dans un état de choc ; l’envie d’y voir là les différentes émotions que chacun de ces titres s’apprête à nous faire vivre une fois l’album disponible au public est on ne peut plus tentante.

Enfin, et nous nous arrêterons là dans notre analyse pour vous laisser apprécier le clip par vous-même ensuite, une dernière chose qui nous interpelle, c’est le changement de décor qui s’opère derrière la fenêtre de la pièce dans laquelle il se trouve. Ces hallucinations aux teintes tantôt roses tantôt violettes – qui représentent les émotions de la personne sous l’effet de ces effluves – nous rappellent largement la colorimétrie de certains de ses précédents clips, à commencer par celui de « Je t’aime », sorti à l’occasion de la Saint-Valentin en 2020.

En bref, Irène Drésel continue de nous surprendre avec le développement de son univers visuel, et avec la singularité de ce dernier. On a beau qualifier sa musique comme étant de la techno, elle se différencie largement de celles de ses pairs, et sa scénographie comme le soin apporté à chacun des visuels de ses titres ne fait que le prouver. On attend donc patiemment la sortie de « Kinky Dogma » en réécoutant « Bienvenue » en boucle !

Pour en savoir plus sur l’artiste : Dans les écouteurs d’Irène Drésel.


Irène Drésel est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming. Vous pouvez également la suivre sur Instagram !

About the Author: Cloé Gruhier

Rédactrice web depuis plusieurs années, j'ai une passion prononcée pour les musiques électroniques et alternatives. Des envolées synthétiques de Max Cooper aux mélodies et textes introspectifs de Banks, mon radar détecte les nouveautés des scènes indépendantes françaises et internationales, et ce entre deux stratégies de communication pour des labels et artistes indépendants !