Il est difficile parfois d’écrire sur tout ce qu’on aime. C’est pourquoi nous vous présentons aujourd’hui un nouveau format qui vous permettra, en plus de nos chroniques et de nos playlists habituelles, de découvrir de nouveaux titres et de faire la connaissance de nouveaux artistes !


Aujourd’hui, c’est la pop électronique d’outre Manche et d’outre Atlantique que l’on met à l’honneur ; six artistes qui chacun évoluent dans un univers qui leur est propre. Au menu du jour : l’exploration des confins de la pop, et de ce qui se fait en ce moment au sein de la jeune scène indépendante qui joue avec les codes de la synthpop, l’electro pop et plus encore. On vous présente les derniers titres de Seaker, Billy Boguard, Cole Nights, Dama Juda, Con Killion et Joey Capo.

 

Seaker – Ashes

On commence dans la douceur en mettant à l’honneur « Ashes » de Seaker, un titre qui exploite la manière dont les pensées s’accumulent dans la tête d’une personne anxieuse. Loin d’être anxiogène pour autant, « Ashes » laisse Seaker s’exprimer en douceur et laisse sa voix se perdre en échos et réverbérations dans les couplets pour finalement se rejoindre et fusionner dans les refrains ; une belle manière de représenter l’accalmie qui prend place dans l’esprit auparavant bousculé par tant de pensées incohérentes.

« Cette chanson est une ode à l’anxiété et aux torrents d’idées noires qu’elle apporte. Ne vous souciez pas de savoir quelle voix est la voix lead. Ne vous souciez pas de savoir à quelle pensée anxieuse vous devriez prêter attention. Fermez les yeux et essayez de vous évader pendant quelques instants. » – Seaker au sujet de « Ashes ».

Certainement le titre le plus organique de la playlist que nous vous présentons aujourd’hui, l’instrumental rappelle de loin ce que peut faire Agnès Obel aux instruments à cordes. « Ashes » se veut être un hymne apaisant l’esprit tourmenté : une mission accomplie avec brio !

Billy Boguard – California

Changement de décor avec le dernier titre de Billy Boguard, un auteur-compositeur français basé à Londres dont la pop flitre aussi bien avec les codes de l’indie, de la folk et des musiques alternatives de manière général. En ajoutant à cet univers divers une légère dose de trap, la mélodie de « California » laisse Billy Boguard poser sa voix aux accents soul et s’exprimer tout en métaphore sur divers sujets, allant de l’argent à l’amour en passant par l’envie de vivre sa vie comme on le souhaite.

« À cause de la pression sociale, on a souvent envie de s’échapper, de lancer les dés et de voir quel futur plus heureux on peut construire, pour nous-mêmes » – Billy Boguard au sujet de « California ».

Jusqu’à présent, la musique de Billy Boguard nous avait habitué à des notes plus calmes et un piano plus présent ; c’est avec grand plaisir qu’on le découvre dans un autre registre, tout en étant encore en mesure de discerner sa patte artistique !

Billy Boguard · California

Cole Nights – When You Call Me

Dans un registre plus feutré dans lequel de doux grésillements dignes de vieux enregistrements se font entendre, c’est la douceur de la pop soul et moderne de Cole Nights qui nous envahit d’un doux sentiment de plénitude sur son dernier titre « When You Call Me ». On s’élève donc au dessus des nuages et on écoute la voix de Cole Nights, mouvante, se perdre en réverbérations dans l’espace qui nous entoure. Un voyage d’une douceur infinie qui pourtant prend racine dans la douleur des sentiments ressentis post-rupture.

Basé à Atlanta, Cole Nights est reconnaissable entre mille grâce à une signature musicale éthérée, et des productions dans lesquelles sa voix parcourt les octaves avec brio, le tout en faisant la part belle aux échos et aux douces mélodies, de quoi donner l’impression à l’auditeur de voir se dérouler une scène de vie au ralenti.

Et si cette version du titre vous a plu, une version alternative a été mise en ligne par l’artiste il y a quelques jours, de quoi prolonger le voyage dans lequel nous avons été embarqués !

Dama Juda – young

On s’enfonce plus profondément encore dans les tréfonds de la pop alternative, et cette fois-ci c’est Dama Juda que l’on croise sur notre chemin. Nappes synthétiques éthérées, accords de piano étouffées, voix chaleureuse et teintée d’émotions : tous ces éléments se retrouvent dans son dernier titre intitulé « young ».

« When I was young, the world played in my background »
– Dama Juda – « young »

Démarrant sur une introduction laissant penser à une conversation entre un père et son enfant, ou du moins les souvenirs de cette dernière car les paroles se veulent volontairement difficiles à déchiffrer, on se laisse ensuite transporter par les douces incantations de Dama Juda, qui évoque avec finesse le passage à l’âge adulte. « young » est un titre qui permet à Dama Juda de sortir du terrain d’une pop plus joyeuse et moins nostalgique et nous invite ainsi à l’introspection, tout en douceur.

Con Killion – Prada U

Changement de décor et d’ambiance sur « Prada U » de Con Killion ; dans un registre relevant cette fois-ci d’un R&B moderne, Con Killion nous rappelle les titres les moins populaires de The Weeknd. Jouant habilement sur les différentes manières de traiter sa voix, et laissant les accords de piano épars surprendre son auditeur, Con Killion crée une ambiance sentimentale. « Prada U », qui signifie « proud of you » ou « fier de toi » en français, est une ode à l’amour de soi et à l’énergie positive ; un hymne à la confiance en soi.

« Prada U » rend hommage à une époque de ma vie où j’ai réalisé le pouvoir de l’énergie positive et comment nous pouvons nous soutenir et nous élever les uns les autres grâce à cette énergie. » – Con Killion

Si vous souhaitez en écouter plus de Con Killion – ce que l’on vous recommande vivement de faire, surtout si vous appréciez les titres R&B plus sensuels et moins dansants – sachez qu’il a sorti un album nommé « Red Flags » il y a quelques mois, à retrouver sur son profil SoundCloud notamment !

Joey Capo – DIAMOND LIFE

On termine notre sélection avec le titre « Diamond Life » de Joey Capo, un titre qui réconciliera avec le rap tous les amateurs d’une électronique sensible. Dans une veine qui rappelle largement l’ère des « rappeurs SoundCloud », Joey Capo marche sur le fil qui sépare le rap de l’électronique, un fil si fin qui en réalité montre à quel point les deux genres sont compatibles. Ainsi, distortions vocales et voix saccadées donnent un air électrique à un rap sensible à la fois énergique et nostalgique ; « Diamond Life » permet à Joey Capo de s’exprimer sur la force qu’un individu peut avoir lorsqu’il ou elle décide de se consacrer à lui-même ou elle-même.

« Cause no matter what the rest may seem,
I just gotta do what’s the best for me »
– Joey Capo – Diamond Life

Démarrant sous la forme d’un discours motivationnel, il s’ensuit un titre produit par l’artiste Lupo, sur lequel Joey Capo déclame en douceur des paroles ayant pour but de booster la confiance en soi de son auditeur, mais également la sienne ; à mi-chemin entre un monologue et un dialogue avec un interlocuteur dont le mal-être l’empêche d’être lui-même, « Diamond Life » est un titre rempli d’espoir et de confiance en la vie.


Playlist à retrouver également sur notre compte Spotify. Si vous avez apprécié cette playlist, on vous conseille de suivre « Pop & Alternative » que l’on met à jour régulièrement !

Disclaimer – cette sélection de titre a été effectuée sur la plateforme MusoSoup #SustainableCurator. Plus d’informations sur le site web de MusoSoup (en anglais).

About the Author: Cloé Gruhier

Rédactrice web depuis plusieurs années, j'ai une passion prononcée pour les musiques électroniques et alternatives. Des envolées synthétiques de Max Cooper aux mélodies et textes introspectifs de Banks, mon radar détecte les nouveautés des scènes indépendantes françaises et internationales, et ce entre deux stratégies de communication pour des labels et artistes indépendants !