Plus le temps passe, plus la pop change ; mouvante, elle prend des formes multiples et ne cesse de surprendre même l’auditeur le plus aguerri. Parmi ces découvertes qui changent la manière de percevoir et d’écouter la pop, il y a Cosette, une jeune artiste américaine qui fait ses débuts dans le vaste monde de la musique pop indépendante. Originaire de Nashville aux Etats-Unis, Cosette navigue dans un monde synthétique dans lequel se mêlent références eighties et millenial, sonorités 8-bit et musique aux accents pop expérimentale. Ainsi, en plus de faire la part belle à la culture gaming, de nombreuses références aux musiques actuelles et à des figures comme Tyler, The Creator ou encore Pharrell Williams font de l’EP de Cosette un voyage insolite auquel on aime revenir après écoute ! À découvrir ci-dessous.

Le premier EP de Cosette s’intitule « Gameboy », un titre qui rend hommage à un univers qui prend racine dans les années 80 et dont la popularité a explosé avec le temps : les jeux vidéos. Les références à cet univers sont dans un premier temps relativement discrètes ; le premier titre de l’EP, « See », fait en effet la part belle à une instrumentation mi-organique mi-électronique, et laisse Cosette s’exprimer de multiples façons avec sa voix.

L’univers de Cosette oscille entre la créativité d’une Billie Eilish qui joue avec sa voix jusqu’à en perdre sa tonalité initiale, tout en y incorporant des sonorités pop et trap largement inspirées d’artistes comme Tyler, The Creator, Frank Ocean ou encore Kehlani. Ainsi, en écoutant « First », bien que les sonorités 8-bit se font entendre en filigrane, c’est surtout une pop hybride que l’on entend ; sur « Sleep », on opère un virage à 180 degrés : une guitare acoustique vient emplir l’espace, et la voix de Cosette se fait soudain beaucoup plus claire.

« I don’t know how to go back in time to see what’s wrong, or what was right »
– Cosette – « Weird »

Après les quelques glitchs sonores et le chant aux faux airs de rap de Cosette sur « Again », on la retrouve sur « Weird », un titre plus acoustique dans son instrumentation que son prédécesseur – Cosette a l’art de déconstruire les codes, de jouer avec et de sans cesse surprendre son auditeur et ce à chaque titre. « Weird » est un titre difficile, qui parle d’une rencontre fortuite avec un ex petit ami qu’elle pensait ne plus revoir ; les paroles ont des airs de conversation mais pourraient très bien constituer l’écho des pensées de la jeune femme suite à cette rencontre.

L’univers de Cosette se dévoile également en image ; l’artiste se met notamment en scène dans le clip de son titre « First » dans un univers emprunt à la fois de son amour pour la culture gaming – on la voit notamment jouer sur console, manette à la main – mais également de références à la nouvelle culture millenial, que l’on retrouve notamment dans les écrans qui répète son visage à perte de vue. Un doux mélange qui, comme au sein de sa musique, s’entremêle étonnamment bien.


Cosette est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming. Vous pouvez également la suivre sur Instagram !

About the Author: Cloé Gruhier

Rédactrice web depuis plusieurs années, j'ai une passion prononcée pour les musiques électroniques et alternatives. Des envolées synthétiques de Max Cooper aux mélodies et textes introspectifs de Banks, mon radar détecte les nouveautés des scènes indépendantes françaises et internationales, et ce entre deux stratégies de communication pour des labels et artistes indépendants !