Rares sont les artistes capables de traduire en à peine quelques secondes l’essence même de leur couleur musicale ; NIIX fait partie de cette mince catégorie d’artistes. La jeune productrice en est loin d’être à son coup d’essai : épaulée par une artiste de renom qui n’est autre que Låpsley, elle évolue dans le genre de la pop expérimentale, un genre montant qui a rendu des sonorités avant-gardistes populaires et défendu par des artistes comme Shygirl ou encore Charli XCX. Si certains artistes comme Dorian Electra ou encore Arca poussent loin l’effort de recherche de sonorités nouvelles, certains, comme NIIX, s’efforcent de transmettre leurs sentiments en musique, à l’aide de vocoder, d’autotune et de sonorités électriques sur fond de pop R&B encore lisible en filigrane. Aujourd’hui, elle dévoile pour nous en avant-première le premier titre de son EP « I » à venir le 2 juillet prochain – intitulé « DRV », le single sera disponible demain sur la plateforme Bandcamp. En écoute-ci dessous !

« Don’t you make me wait
I can’t bear it
And it’s too late to stop now »
– NIIX – DRV

« DRV », un titre aux paroles aux allures innocentes et à la mélodie électrique, précise, incisive. Tandis que NIIX développe une histoire aux contours flous entre deux personnes ayant décidé que la nuit serait leur terrain de jeu, l’instrumental explore ce que le R&B et l’hyperpop pourraient donner ensemble ; le résultat est proche de ce que les titres les plus doux de Charli XCX ou encore de Kelela dégagent en terme d’énergie. Une candeur adolescente déferle à l’écoute de ce titre, et il suffit de fermer les yeux pour voir la scène se dérouler devant nous, entre deux frissons naissants à fleur de peau. De quoi nous donner envie d’écouter le titre en boucle encore et encore avant la sortie de l’EP le mois prochain !

Afin d’en apprendre plus sur NIIX et pour mieux saisir la manière dont elle compose et qui l’accompagne autour de son projet, nous lui avons posé quelques questions.

1. Hello NIIX ! J’espère que tu vas bien ! Peux-tu te présenter en quelques mots pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore ?

Salut ! Moi c’est NIIX, la déesse grecque de la nuit. Le jour, j’écris, produis et joue de la musique électronique infusée  à l’hyper-pop et à la future club. Je suis également DJ et anime des émissions de radio mensuelles sur Melodic Distraction (Liverpool), Steam Radio (Manchester) et Longthrow Radio (Bristol).

2. Ton pseudo fait référence à « Nyx », qui n’est autre que la déesse grecque de la nuit. Est-ce que tu peux nous en dire plus sur la façon dont tu as choisi ce nom ?

J’ai toujours été fascinée par la mythologie grecque. Ses histoires ont un côté fantastique et la Grèce elle-même est probablement l’un de mes endroits préférés à visiter sur la planète. Mon projet précédent s’appelait LUNA (la déesse grecque de la Lune), mais j’ai changé de nom pour NIIX parce que la musique que j’ai produite au cours de la dernière année est devenue beaucoup plus sombre, underground et club. Evoluer vers la déesse de la nuit me semblait naturel, comme si c’était la prochaine étape de mon projet.

3. Je sais que tu as commencé à travailler aux côtés de la célèbre chanteuse et productrice Låpsley, dans le cadre du programme Brighter Sound Mentoring Scheme, autrement dit une expérience et une opportunité sans pareille pour ta carrière musicale ! Comment as-tu été sélectionné pour ce programme et quel type de soutien est-ce que l’on t’accorde ?

Brighter Sounds est une incroyable organisation caritative basée à Manchester, qui se concentre sur le soutien aux artistes historiquement et actuellement sous-représentés dans l’industrie de la musique. Je suis l’une des 13 artistes de North West à avoir été assignée à un mentor pour m’accompagner dans les prochaines étapes de ma carrière musicale, et j’ai en effet eu la chance d’être associée à Låpsley ! J’ai suivi et j’admire Låpsley depuis toujours, alors au début je ne pouvais pas y croire. Nous nous voyons chaque semaine et je ressors de chaque conversation avec un sentiment d’inspiration et de motivation, elle est adorable et très terre-à-terre.

4. Tu t’apprêtes à sortir demain le tout premier single de ton projet NIIX sur Bandcamp ; il s’appelle « DRV », et il synthétise de nombreuses influences musicales allant de la musique électronique expérimentale à la pop avant-garde et, d’une certaine manière, une forme d’hyperpop très chill. Comment est-ce que tu composes au quotidien ?

Je pense que la façon dont j’écris et je compose change d’un titre à l’autre. Parfois c’est une vocalise, un hook qui me vient à l’esprit, parfois fois c’est une belle série d’accords que j’ai trouvée en jouant au piano, et il m’arrive parfois même de rêver de chansons entières ! Je pense que comme j’écoute beaucoup de musiques différentes au quotidien, je ne sais jamais vraiment ce qui va en ressortir jusqu’à ce que je m’assoie dans mon home studio et que je commence à composer sur mes machines.

5. Et est-ce que tu te sens influencée de quelque manière que ce soit par d’autres artistes, qu’ils soient musiciens ou non par ailleurs ?

Je dirais que mon premier EP a été principalement inspiré d’artistes tels que Charli XCX, SOPHIE ou Shygirl. Pour moi, ils comblent parfaitement le fossé qui existe entre la pop « mainstream » et les titres clubs étranges et expérimentaux, ce qui fait qu’ils attirent un public extrêmement diversifié.

6. Dans ce morceau et plus particulièrement dans ses paroles, il semble que tu discutes avec quelqu’un, que tu lui demande  de venir te rejoindre ; ailleurs, les paroles laissent entrevoir des sentiments que tu partages sans filtre à ton auditeur. Peux-tu nous en dire plus sur l’histoire qui se cache derrière ce morceau ?

DRV est une collaboration avec BRYN, un excellent DJ et producteur et également un très bon ami à moi. Il m’a d’abord envoyé une instrumentale, et je l’ai de suite trouvée « cool », osée et audacieuse. J’ai imaginé deux personnages, à la fois nonchalants et désintéressés, roulant en voiture de nuit. Il y a une fête à laquelle ils doivent se rendre, mais aucun d’eux n’y pense vraiment parce qu’ils sont eux-mêmes une fête. Les paroles décrivent donc cette histoire et se terminent par une invitation à « se faufiler sur la banquette arrière, éteindre les lumières et conduire lentement »… Interprétez ça comme vous voulez !

7. Et en quoi « DRV » se démarque du reste de ton EP « I » qui sortira le 2 juillet ?

Je dirais que tous les morceaux de « I » sont assez différents les uns des autres. « DRV » est le plus pop de tous, mais il y a aussi du garage très aérien, un peu plus de pop avant-garde avec la voix d’une chanteuse basée à Liverpool nommée Remée et même une ballade dreampop éthérée … J’ai hâte de le partager avec tout le monde, car tous ceux qui l’ont entendu jusqu’à présent ont un titre préféré différent !

8. Dernière question, qui est une question que j’aime beaucoup poser en fin d’interview : est-ce qu’il y a un ou une artiste que tu surveilles de près en ce moment ?

C’est une excellente question ! J’ai mentionné Remée, qui est en featuring sur l’EP avec moi – sa voix est si particulière, s’il y en a une à surveiller c’est bien elle. Il y a aussi des producteurs/DJ incroyables qui commencent à faire parler d’eux dans le nord-ouest du Royaume-Uni, comme Mystique, LUXE, Loraine James et All Trades pour n’en nommer que quelques-uns – si j’étais vous je suivrais Melodic Distraction Radio et Steam Radio Manchester pour garder un œil sur leurs résidents !


NIIX sera à retrouver sur toutes les plateformes de streaming d’ici peu. Pour le moment, vous pouvez acheter son titre sur Bandcamp et la suivre sur Instagram !

– disclaimer : découverte via MusoSoup #SustainableCurator.

About the Author: Cloé Gruhier

Rédactrice web depuis plusieurs années, j'ai une passion prononcée pour les musiques électroniques et alternatives. Des envolées synthétiques de Max Cooper aux mélodies et textes introspectifs de Banks, mon radar détecte les nouveautés des scènes indépendantes françaises et internationales, et ce entre deux stratégies de communication pour des labels et artistes indépendants !